Accueil Pronos Tribunes libres Liens La boutique  
 








  Merci Zizou

 

C'était un soir d'août 1994, un banal match amical de l'équipe de France parmi d'autres, dans une atmosphère morose quelques mois après la débacle face à la Bulgarie de Kostadinov et du beau gosse Trifon Ivanov, en bonne place dans le concours Off de la Soupe aux Shoots...

La Coupe du Monde aux Etats-Unis s'était déroulée avec les étoiles mondiales du ballon rond, mais sans les Bleus. Les fans de foot de l'hexagone se désespéraient devant les prestations calamiteuses de leur équipe nationale composée de mineurs de fond, et minée par des rivalités intestines opposant les caractériels
Cantona, Ginola ou autre, à la mafia Marseillaise des cadres en place.

Ce soir-là, l'espoir allait renaître pour les quelques footeux encore présents devant leur poste pour écouter les commentaires au ras du gazon du duo Roland/Larqué, tous orphelins de Platini depuis la Coupe du Monde 1986. Ces privilégiés assistaient à la naissance d'une étoile, Zizou, celui qui allait illuminer le ciel bleu et offrir à la France sa plus belle nuit le 12 juillet 1998.

Entré en jeu en seconde période, dans une formation sans âme et menée deux à zéro par une équipe Tchèque en devenir mais encore loin d'être devenue celle de 1996, Zidane inscrivait déjà deux buts, le premier
ressemblant étrangement à celui qui ouvrirait la porte au titre de champion du monde quelques temps plus tard, endossant ainsi le rôle de sauveur à seulement 21 ans. Le Parc Lescure, théatre de ses exploits girondins le week-end, lui donnait la force et la confiance de prendre à son compte le jeu et l'avenir de la sélection, outre-passant la timidité légendaire caricaturée par sa marionnette des Guignols. On devinait que la réserve
affichée dans l'ombre n'avait déjà d'égal que la détermination et le talent qu'il montrait face à ses adversaires.

Après des débuts prometteurs à l'AS Cannes et des premiers pas en D1 à un mois de ses 17 ans, Yazid le gamin de la cité de la Castellane avait rejoint les Girondins de Bordeaux, faisant la joie de ses potes des
quartiers nord de Marseille où il était déjà un joueur à part. La complicité forgée avec ses potes Liza et Duga allait le propulser vers les sommets au terme d'une campagne européenne avortée dans la douleur en
finale face au Bayern Munich, mais ponctuée de gestes de classe, de génie même comme son lob de 50 mètres à Séville face au Bétis qui inspira Noir Désir pour la chanson Comme elle vient (« reprendre de volée d'aussi loin »), et le révéla aux yeux de l'Espagne, déjà...

Après des années de succès à la Juventus de Turin, marquées par les succès mondiaux et européens de la sélection tricolore, le Réal Madrid lui offrait le seul titre manquant à son palmarès, la Ligue des Champions. Son chef-d'oeuvre inscrit en finale à Glasgow restera marqué par le célèbre « Goooaaaal ! Vive la mère qui t'a mis au monde, Zizou » du Thierry Roland espagnol. Les prestations de génie qui suivirent et son caractère fait de respect et de simplicité ont fait entrer définitivement Zizou dans le coeur des Espagnols, même ceux des Catalans du Barça qui haïssent généralement tout ce qui touche de près ou de loin à la Casa Blanca madrilène.

Sa première vie prendra fin dans quelques jours, lorsque s'achèvera la dernière rencontre des Bleus en Allemagne. Les adieux au Bernabeu ont été à la mesure du caractère extraordinaire de l'homme : riches en émotion, discrets mais tellement forts, le joueur est passé après l'équipe, comme toujours avec Zidane qui privilégie les vertus du travail et du collectif aux feux de la rampe. Zizou s'en va, mais Zinédine reste, et restera fidèle aux principes qui ont toujours été les siens, malgré toutes les sollicitations opportunistes et intéressées dont il a fait l'objet.

Merci, Zizou, pour ces années de lumière et pour les derniers moments de joie à venir ...  jusqu'au 9 juillet ?

Fripouille

 

Match Real Madrid / Villareal du 23/04/2005 - Collection personnelle des GOs
 >> Lire les 2 commentaires
 
 
ARCHIVES

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Se connecter
Login
MdP
S'inscrire >> ici